Accueil Articles Critiques

...au salon du livre d'Aumale 2012 a ...au festival du livre jeunesse de Rouen 2010a      

Vous voulez tout savoir ?... mon interview avec Marie Barrillon (début 2011), c'est ci-dessous !  

 

MB : Tu es professeur des écoles et en parallèle tu écris pour les enfants. Partages-tu tes livres avec tes élèves ? 

BB : Bien entendu ! Le plus possible, sans que cela devienne un quelconque prétexte commercial. 

 

MB : On dit souvent que nous gardons une âme d’enfant. Ce n’est, certes, pas le cas pour tout le monde, mais qu’en penses-tu ? 

BB : J’en pense que je ne le dis peut-être pas en parlant de moi, mais que les autres n’arrêtent pas de me le dire. Et puis garder son âme d’enfant, c’est accepter de découvrir chaque jour qu’on a encore des tas de choses à apprendre. Alors, si c’est mon cas, j’en suis plutôt heureux ! 

 

MB : Qu’est-ce qui te pousse et/ou te motive à écrire pour les enfants ? 

BB : Les enfants ! Ils sont dans une telle attente, dans un tel désir de découverte (voir réponse précédente), que si on écrit pour eux, en pensant à eux, ils y trouvent toujours leur compte. Ils sont pourtant exigeants… 

 

MB : L’écriture dans ton univers, est-elle quotidienne ? 

BB : Oui, mais c’est aussi l’écriture pour prendre des contacts, pour partager des avis, pour solliciter des critiques (!)… L’auteur est auteur, mais n’en est pas moins homme et papa. 

 

MB : A ton avis, est-il plus facile d’écrire pour les enfants lorsque l’on est professeur ? 

BB : Oui et non. Oui, parce qu’à leur contact, quotidiennement, on est bien placé pour connaître leurs goûts. Non, parce que le travail scolaire n’est pas toujours de la littérature et qu’il est parfois difficile de différencier les deux. Preuves en sont mes trois premiers romans jeunesse accompagnés d’un dossier pédagogique.  

 

MB : Quel message souhaites-tu transmettre aux enfants qui te lisent ? 

BB : Je ne sais pas si on peut appeler cela un message mais je voudrais simplement qu’ils éprouvent du plaisir en me lisant et en me relisant, sans donner plus d’importance aux textes ou aux illustrations quand il y en a. 

 

MB : A quelles tranches d’âges s’adressent tes livres jeunesse ? 

BB : Pour mes albums, de 6 à 12 ans, et pour mes romans, de 10 à …ans. Il me semble difficile de déterminer une tranche d’âge pour un ouvrage. 

 

MB : S’il n’y avait qu’un seul mot pour te décrire, lequel serait-il et pourquoi ? 

BB : « Vivant » Je suis plutôt extraverti et exubérant, mais plus pour montrer que j’existe que pour juste faire le pitre ! 

 

MB : En tant que lecteurs curieux, nous aimons savoir ce que les auteurs nous réservent. Quels sont tes projets littéraires à venir ? 

BB :  Pour 2011 sont prévus un roman humoristique chez Grrr…Art éditions, un roman jeunesse récit de vie aux éditions Terriciaë et, last but not least, du théâtre jeunesse aux éditions Retz. Et puis plein d’autres choses en préparation et de nombreuses participations à des salons du livre. Je suis prolixe et patient…

 

MB : Et dans tout ça, quelles sont tes lectures personnelles ? 

BB : Je varie les plaisirs en relisant des classiques comme Hugo ou Loti, en dévorant des albums ou romans jeunesse pour me tenir au courant et en me plongeant dans des BD au fil des rencontres… Actuellement, je finis le beau roman jeunesse de Florence Reynaud, « Le premier dessin du monde » en parallèle avec « Les infernaux » de Thomas Scotto et « Le roman d’un enfant » de Pierre Loti. 

 

Propos recueillis par Marie BARRILLON en janvier 2011

 

une interview sur le site d'Elisabeth Robert, c'est là !